BIENNALE INTERNATIONALE
DU 02 AU 26 NOVEMBRE 2017

L'ÉDITO

Les Rencontres deviennent biennale. Ce changement de rythme nous est apparu comme une évidence. En effet, nous nous sommes attelés depuis maintenant six ans à oeuvrer à la construction d’un dialogue entre le territoire guyanais et la photographie, grâce au festival bien sûr, mais aussi en accompagnant hors festival des photographes dans leur travail de création et en multipliant les ateliers à destination du jeune public en Guyane. La création d’une biennale, en ralentissant le rythme événementiel, a permis de poursuivre et d’approfondir ce dialogue. Nous avons donc mis en place tout un ensemble d’actions autour de 3 axes, afin de rendre notre programmation singulière.

 

Le premier a consisté à organiser une série de résidences, afin de permettre la création de travaux originaux et favoriser la création artistique. Nous avons aussi souhaité offrir aux photographes les conditions propices à une rencontre avec un lieu nouveau et sa population, afin d’expérimenter, questionner, rechercher et permettre l’émergence d’idées. Ronan Liétar a ainsi pu se rendre en Colombie, Ramon Ngwete à Montpellier et nous avons accueilli Guillaume Martial et Karen Paulina Biswell en Guyane. Une palette d’oeuvres à découvrir !

 

Le second axe rassemble des expositions singulières, locales et internationales, actuelles et d’archives, documentaires et contemporaines. Jesús Abad Colorado, profondément humaniste, éclaire la résistance de la population colombienne pendant un conflit armé qui a duré de longues décennies et ne prend fin qu’aujourd’hui. Miquel Dewever-Plana, que nous avons accompagné durant quatre ans dans son projet de création auprès des amérindiens Wayãpi, Wayana et Teko (principalement), adresse un témoignage éloquent sur ces populations guyanaises en proie à de profonds bouleversements. "DÒKÒ", de Pierre Servin, nous permet de rendre un hommage appuyé à ce photographe décédé en 2003 et qui a laissé derrière lui d’éclectiques clichés de la Guyane, sa terre, dont les hommes le fascinaient tant. Par ailleurs, nous avons invité Daniel Goudrouffe, comme nous le souhaitions depuis longtemps, afin de présenter ses captivantes chroniques caribéennes.

 

Le troisième et dernier axe de cette programmation est pédagogique. Nous exposerons ainsi le travail réalisé par les jeunes de Guyane avec l’association la Tête dans les Images tout au long de ces deux années de préparation de la biennale. 26 ateliers durant lesquels nous leur avons permis d’explorer images et imaginaires…

 

Une biennale donc… mais aussi une thématique ! "La terre et les Hommes".

Universelle, elle trouvera particulièrement bien sa place dans une région contrastée dont la croissance démographique est galopante et où un tiers de la population est né à l’étranger. Nous ouvrons donc notre porte à un invité d’honneur : la Colombie. Un pays proche, dont nous partageons l’ancrage continental, et que nous découvrirons à travers trois expositions organisées dans le cadre de l’année France-Colombie. Enfin, comme à notre habitude, nos expositions seront visibles hors les murs et en salles, dans divers lieux de la Guyane, à Cayenne, Saint-Laurent du Maroni, Kourou, Awala-Yalimapo, Rémire-Montjoly et - grâce à une itinérance longue - sur les fleuves Oyapock et Maroni. Un défi logistique que nous relevons avec la conviction qu’une manifestation culturelle et artistique comme la nôtre se doit plus que jamais de participer au désenclavement de la région.

 

Avec cette biennale, nous avons ainsi tenté d’enrichir le territoire guyanais de regards domestiques et extérieurs, d’accompagner des photographes guyanais en immersion dans les territoires éloignés, de permettre à des photographes émergents de saisir notre région, mais aussi de donner l’opportunité à des enfants et des adolescents de se lancer dans d’ambitieux projets de créations photographiques au contact d’artistes locaux et internationaux.

 

Un programme participatif, exigeant et qualitatif… prêt à vous accueillir nombreux !

 

 

Karl Joseph

Directeur Artistique des Rencontres Photographiques de Guyane

 

 

LA BIENNALE

Cette aventure inédite dans les DOM est née en 2012, suite à la rencontre entre Karl Joseph, photographe, et Elisabeth Lama, de la Région Guyane. C’est sous leur impulsion que s’est fondé le premier et l’unique festival entièrement dédié à la photographie des départements d’outre-mer : Les Rencontres Photographiques de Guyane.

 

Dès la première édition, la direction qu’allait prendre le festival était trouvée : il s’agissait de proposer des oeuvres photographiques de qualité, dignes d'être exposées dans les plus grandes capitales du monde, en choisissant des thématiques et des travaux en lien avec l’ancrage culturel et géographique guyanais.

Il s’agissait aussi de mettre à l’honneur des photographes du cru, afin de donner à voir leur talent au grand public. Pour le toucher au mieux, le choix d’exposer dans des lieux extérieurs ou dans des espaces originaux, non dédiés à l’expression culturelle, fut également pris. Un autre parti-pris fut celui de réaliser le festival en plusieurs points de la Guyane et non seulement dans l’Ile de Cayenne.

 

Lors de l’édition suivante, cette direction s’est affirmée et le festival a pris son envol pour être intégralement porté par l’association La Tête dans les Images, dont l’objectif reste aujourd’hui encore de promouvoir la photographie sur le territoire, à travers des expositions, du soutien à la création, mais aussi des actions pédagogiques à portée culturelle et artistique.

C’est également en 2013 que l’association a commencé à travailler sur un axe patrimonial, afin de dévoiler des travaux anciens sur la Guyane, en les restaurant si besoin, dans l’objectif de les montrer mais aussi de les préserver pour les générations futures.

 

En 2015, afin de consolider cet axe, une entreprise majeure de restauration a été livrée pour valoriser le travail du photographe guyanais Ivan Coupra, dit « Vano ». Cette édition unifocale a préfigurée d’autres changements puisque le festival s’est ensuite transformé en biennale.

 

Ce changement de rythme a permis de prendre le temps nécessaire pour favoriser la création et les échanges, à travers un programme de résidences croisées. Les actions d’éducation artistique ont également pu s’accroitre pendant cette période, auprès du jeune public guyanais. Et c’est ainsi qu’est née la Biennale Internationale des Rencontres Photographiques de Guyane, qui propose cette année des expositions, des projections et des conférences ouvertes à tous, ainsi que des ateliers animés par des photographes professionnels !

 

 

L'ÉQUIPE

LES RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES DE GUYANE

SONT ORGANISÉES PAR

l’association

La Tête dans les Images

Présidence de l’association La Tête dans les Images | Michelle EDWIGE

 

Coordination de l'association et gestion de la médiation culturelle | Juliette GUAVEÏA

 

Trésorerie de l'association | Line JOSEPH

 

Direction de la biennale | Muriel GUAVEÏA

 

Direction artistique | Karl JOSEPH

 

Assistanat D.A. et communication réseaux | Sophie BERTRAND

 

Conception graphique | CAR THIEB

 

Régie générale | Paul FERNANDEZ

 

Relations Presse | Muriel GUAVEÏA > yssanka@yahoo.com

 

 

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

A bientôt

Tous droits réservés La Tête dans les Images 2017